Le bonheur en cadeau: mettons en lumière un problème récurrent dans la romance!

4a55a970-0a97-4fa7-a925-672cab531351.jpg

Le bonheur en cadeau par Nora Roberts
Format:
 Broché
Publié par: Harlequin
Top 3 Genres: RomanceContemporainAdulte
Catégorie: Au feu/si vous n’avez rien d’autre àlire/A Avoir/Courrez l’acheter
Source: Copie offerte par Hachette Canada

 

Hello les dragons! Exercices difficile aujourd’hui pour moi, je vous parle de ma dernière lecture, Le Bonheur en cadeau, de Nora Roberts (jusque là tout est normal) et de pourquoi je n’ai pas réussi à en profiter! Bien sûr, il ne s’agit que de mon avis et je vous invite à vous faire le votre, ou si vous adorez ce genre de lecture, au moins, vous saurez qu’il s’agit de ça 😉 Bref, j’arrête de tergiverser et je plonge au coeur du sujet!

Si près de toi 
Depuis qu’elle a rencontré Mitch Dempsey, son nouveau voisin, Hester ne cesse de penser à lui. Pourtant, elle n’a pas de temps à consacrer aux hommes, et elle n’a rien de commun avec celui-ci en particulier ! Elle est sérieuse, il est frivole. Elle est consciencieuse, il est désordonné. Elle travaille dans une banque, il est dessinateur. Mais alors, pourquoi perd-elle tous ses moyens en sa présence ? Car à l’approche de Noël, cet homme aussi beau qu’exubérant éveille en elle des émotions délicieusement bouleversantes, et dangereusement contradictoires… 
Un ténébreux amant
Lorsqu’Eden découvre que sa famille est ruinée, elle se voit contrainte de laisser derrière elle ses habitudes de jeune femme privilégiée, et de se construire une nouvelle vie. Une nouvelle vie qui débute à Camp Liberty, la colonie de vacances où elle enseigne l’équitation. Là, elle espère se prouver qu’elle est capable de voler de ses propres ailes. Mais quand elle fait la connaissance de Chase Elliot, un propriétaire terrien au charme ravageur, Eden comprend qu’il va lui falloir aussi dompter le désir fou que lui inspire cet homme qui ne pourra jamais s’intéresser à elle… 

Si près de toi

Dans la première nouvelle du reccueil, on retrouve Hester et son fils Rad, qui tous les deux tombent sous le charm de Mitch. J’ai bien aimé le fait que le personnage féminin soit une maman, ça apporte de la nouveauté, et de façon générale, les 3 personnages étaient bien construits et intéressants. Rad est un enfant adorable (J’adore les personnages d’enfants et leur façon innocente de voir le monde dans les livres) et il apporte un côté plus « famille » à la romance. Cette histoire ce passe aussi en hiver, donc c’était parfait comme lecture avec la neige qui tombait dehors. Si seulement il n’y avait pas eu ce BIG problème dans l’histoire….. (allez je vous fais patienter, je parle d’abord de la deuxième romance puis je reviens sur ça!)

Un ténébreux amant

Encore des personnages qui se détachent: Eden, une héritière qui a perdu toute sa forture, et Chase, producteur de pommes. En plus, ça se passe dans un camp équestre, et je suis fan de chevaux! Bon par contre, là c’est pendant l’été, et le seul rapport avec l’hiver c’est quand Eden évoque la neige à Philadelphie. Et surtout, le BIG problème (et cette fois je vous en parle pour de vrai!)

R.E.S.P.E.C.T.

Avant de me lancer là dedans, je vais 1. essayer de faire court; 2. juste mentionner que j’ai également lu des livres de Nora Roberts que j’ai adoré mais que là je parle aussi d’un problème récurrent dans la romance.

Donc voilà: dans les 2 histoires de ce livre, le protagoniste masculin n’a aucun respect pour le « non » du personnage féminin. C’est vraiment en mode « Je te veux, je vais t’avoir même si là tu me dis que je t’intéresse pas » ou.. « tu veux diner avec moi? Non.. bon pas grave on va diner ensemble quand même » ou encore le personnage féminin qui demande au masculin d’ « Arrêter » (de la toucher ou de venir la voir ou autre) et l’homme qui s’en fou et qui pense qu’il va la faire changer d’avis. Non mais quel exemple ça donne pour les relations dans la vraie vie??? Déjà, ça fait croire aux hommes que tout est permis et ça perdure l’idée selon laquelle, quand une femme dit non, en fait c’est un oui caché. Sorry mais non c’est non, peut importe ce que pense la personne qui le dit. Il faut juste respecter ça. Tenter sa chance, ok, mais si on te dit non ben tu respectes ça! Ensuite, ça peut donner une image aux jeunes filles (là je parle plus de personnes qui ont moins d’expérience en relations amoureuses) selon laquelle c’est normal et flatteur de se faire limite harceler et forcer la main par un mec, juste parce que vous lui plaisez. Et encore une fois, non! Ce n’est pas vraiment une manière de commencer une relation respectueuse et équilibrée. Parce que dans la vraie vie, quand ça commence par ce genre de contrôle et de « forcing », ça finit rarement aussi bien que dans les romances ou tout s’arrange et le gars est super génial et ils sont super heureux et tout et tout. Et même, ça finit plutôt mal….

Donc voilà, ça m’a vraiment révolté de voir ce genre de représentation dans ces deux nouvelles, à notre époque, et surtout quand je sais que Nora Roberts est capable de bien plus!

En quelques mots

J’aurais vraiment pu aimer ces romances, si l’auteur n’avait pas fait le choix de faire perdurer cette image dépassée du comportement masculin. De mon côté, ça ne me fait vraiment pas rêver….mais si c’est votre cas (on a tous nos fantasies ;)), faites vous plaisir!

Des bisous pailletés,

Elise

6 réflexions sur “Le bonheur en cadeau: mettons en lumière un problème récurrent dans la romance!

  1. Nanette dit :

    Personnellement, je suis comme toi : je ne supporte pas qu’on ne respecte pas la question du consentement d’autrui ! Un NON, c’est un NON ! Si plus tard la personne dit oui, il faut que ce soit de son PLEIN GRÉ ! Pas de forcing ou d’autres comportements chelous du type… Du coup, ces deux nouvelles-ci ne sont pas faites pour moi. Dommage car les résumés me plaisaient bien… Mais il faudra tout de même que j’essaye de lire du Nora Roberts un jour, ça doit valoir le coup !

    Aimé par 1 personne

  2. Aude Réco dit :

    Ah, la notion de consentement dans les romances, c’est terrifiant ! Ça véhicule, comme tu le dis, l’image de l’homme qui peut obtenir tout ce qu’il souhaite, en dépit de l’avis de la femme qu’il convoite et une image totalement faussée de la romance. Que le genre de détache de la réalité par certaines situations pour faire rêver (soyons honnêtes, ce qui arrive dans les romances n’est pas toujours très réaliste), OK, mais entre le consentement qui finit aux oubliettes et les clichés qui donnent une image infondée des femmes et des hommes, j’ai beaucoup, beaucoup de mal à lire de la romance. (J’en ai fini une, ce matin, aussi chez Harlequin, et les persos sont des clichés ambulants, même si tout n’est pas à jeter.)
    Merci pour ton billet, en tout cas, j’en croise rarement sur ce sujet.

    Aimé par 2 personnes

    • abookandacup dit :

      Merci à toi pour ton commentaire ❤️❤️❤️ je suis contente de ne pas être la seule à ressentir ça ^^ ça me frustre et me met tellement en colère!
      Là pour voir le côté positif je viens tout juste d’en finir une que j’ai adoré donc tout n’est pas perdu haha! J’en poste la chronique mercredi peut être que ça te tentera aussi 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s