Des métamorphes comme vous n’en avez jamais vu! Kaela – Jérôme Taxa

Hello tout le monde!

Aujourd’hui je vous parle d’une de mes dernières lectures, qui était parfaite pour le Pumpkin Autumn Challenge: Kaela, le 1er tome de la saga des Métamorphes de Jérôme Taxa! Il s’agit ici d’une chronique monétisée, mais pas d’inquiétude, vous le savez, je garde toute mon honnêteté 🙂

Commençons par le commencement: Kaela, qui est quand même le personnage principal de ce livre! La pauvre, ça ne commence pas facilement pour elle, vu qu’on la retrouve en plein cauchemar. Quand elle dort tout d’abord, mais très vite dans sa vie réelle aussi, alors que ses parents sont attaqués et que sa mère est la seule à rentrer à la maison. Ensemble, elles vont donc fuir et se retrouver chez la tante de Kaela: Selina (un perso secondaire que j’aime particulièrement). Et là, l’univers de Kaela s’effondre: elle découvre que les métamorphes existent, et que sa famille en fait partie! Bien qu’elle est du mal à y croire au début, Kaela doit se faire une raison quand elle démarre dans sa nouvelle école, spéciale métamorphe.

J’ai aimé l’originalité des espèces représentées ici, on s’éloigne des loups garons, ou même des transformations habituelles, vu qu’ici, au delà des loups ou des chats, on trouve aussi des veuves noires, des chouettes, des serpents et j’en passe! J’ai beaucoup aimé cette première originalité du roman, qui faisait qu’on avait vraiment l’impression de découvrir quelque chose de différent!

Et l’univers que découvre Kaela n’est pas du tout repos: car si les métamorphes font tout pour préserver leur secret, elle va vite se rendre compte qu’ils forment aussi une société un peu archaïque, et où chaque famille attend juste un faux pas des autres. Assez étrangement, le grand méchant loup, c’est ici les chauve-souris, qui ont tenté de prendre le pouvoir il y a plusieurs siècles. Défaites par les veuves noires, elles sont heureusement maintenant disparues. Et les veuves noires règnent sur les différentes communauté d’une main de fer.

Alors que Kaela navigue les différents groupes sociaux de son lycée, se fait des amis de toutes espèces, et tente de trouver sa place entre les tensions qui peuplent les couloirs de l’école, elle va aussi tenter de maitriser ses différents pouvoir de métamorphe. Car oui, les métamorphes, au delà du fait qu’ils peuvent changer de forme, possèdent aussi différents pouvoirs: télékinésie, communiquer avec les animaux de leur espèce, pouvoir psychique ou encore ombrologie, ils peuvent – avec plus ou moins de talents – utiliser ces habiletés. J’aurais bien aimé un peu plus de substance autour de l’usage de ces pouvoirs. Oui on voit Kaela qui tente de les apprendre, mais il me manquait un petit quelque chose à ce niveau.

Au fil des pages et des semaines (le livre se déroulant sur toute l’année scolaire, on fait parfois de petits bonds dans le temps), la situation se gâte pour la jeune fille: la disparition de son père, la découverte de secrets dans la communauté, ou encore le fait que certains évènements vont lui mettre la plupart de ses camarades à dos… ce n’est pas une année facile pour elle. Et certains sont prêts à tout pour préserver les secrets et maintenir le statu quo… ce que Kaela va découvrir au péril de sa vie.

Malgré ses 600 pages qui peuvent faire peur, je n’ai donc eu aucun mal à me plonger dans ce livre: découverte du monde dur (très dur) des métamorphes, actions qui se multiplient, points de vue qui alternent, tout cela rend le roman très dynamique, et on ne voit pas la pages filer!

Je dirais cependant que quelques détails m’ont gêné: certains choix de vocabulaire (black 1 fois et Amérindiens plusieurs fois), le fait que la forme négative soit tronquée dans les dialogues (arggggg) et que parfois certaines réflexions ou passages fassent ressentir que l’on a un roman écrit par un adulte se mettant à la place d’ado (ex: une histoire de donner son 06).

Au delà de ces aspects de « forme », comme je vous disais, l’histoire m’a bien captivée, tout comme l’univers qu’on découvre et les différents enjeux politiques qui se mettent en place! Bien hâte de lire la suite!

Des bisous pailletés,

Elise

Finalistes du PLIB: La ville sans vent de Éléonore de Villepoix

Hello tout le monde!

Et voilà ma dernières chronique pour le PLIB 2021, un peu au dernier moment, mais qui est surpris hein? Je finis ceci-dit sur une très bonne note avec La ville sans vent de Éléonore Devillepoix!

Dès les premières pages j’ai été captivée par l’univers de ce roman, par les différents peuples qu’on découvrait, les strates sociales… et les inégalités bien sûr (vous vous en doutez, les femmes doivent encore se battrent!) ! En plus on commence fort avec un meurtre, celui du mentor de Lastyanax (on dirait un nom de médicament pour… je suis sûre que vous voyez!) qui va lui offrir la chance de briguer l’un des hauts postes de la ville. Déjà, pas mal de questions se posaient ici, notamment le pourquoi? et le qui?

Mais j’ai encore plus aimé suivre le point de vue d’Arka, que l’on découvre dans une situation assez dangereuse, perdue en pleine montagne, et qui pourtant s’en sort grâce à son intelligence mais aussi une magie assez intrigante. On a très vite envie d’en apprendre plus sur elle, sur son histoire, et sur les liens que l’on perçoit peu à peu entre les différents protagonistes. Avec elle aussi, les questions se multiplie, qui est-elle vraiment? d’où vient-elle? quelle est sa destinée?

Il y a aussi Pyrrha, qui justement doit se battre pour prouver sa place et défendre le droit des femmes aux positions de pouvoir! Un personnage intéressant, mais c’était frustrant aussi de voir tous les obstacles sur sa route!

Et bien sûr, vous vous en doutez, dans la ville d’Hyperborée, ce n’est pas les complots, les manipulations politiques et les secrets qui manquent! Un univers fascinant, que l’on navigue avec nos personnages, qui petit à petit apprennent à se connaitre, en quête de réponses. Je n’ai pas été fan de tous les aspects des relations qui se construisent dans ce livre (un peu de toxicité sur les bords), mais il y avait quand même du bon!

Il y avait donc vraiment tout ce que j’aime dans un livre: de la magie à explorer, un univers bien unique avec ses particularités bien définies, des réponses à trouver et en plus une écriture qui vous embarque sans difficulté dans l’histoire!

Des bisous pailletés,

Elise

 » À dix-neuf ans, Lastyanax termine sa formation de mage et s’attend à devoir gravir un à un les échelons du pouvoir, quand le mystérieux meurtre de son mentor le propulse au plus haut niveau d’Hyperborée.

Son chemin, semé d’embûches politiques, va croiser celui d’Arka, une jeune guerrière à peine arrivée en ville et dotée d’un certain talent pour se sortir de situations périlleuses.
Ça tombe bien, elle a tendance à les déclencher…

Lui recherche l’assassin de son maître, elle le père qu’elle n’a jamais connu.
Lui a un avenir. Elle a un passé.

Pour déjouer les complots qui menacent la ville sans vent, ils vont devoir s’apprivoiser. »

ISBN : 9782017108443

Finalistes du PLIB: La Princesse au visage de nuit de David Bry

Hello tout le monde!

Cette semaine on s’attaque au troisième finaliste du PLIB, qui malheureusement ne m’aura pas convaincue non plus: la Princesse au visage de nuit!

Suite à l’accident de ses parents, Hugo retourne dans son village qu’il a quitté il y a très longtemps et de façon assez mystérieuse. On va dire que Hugo n’avait pas trop de raisons de revenir, ses parents l’ayant maltraité toute son enfance jusqu’à ce qu’il soit finalement placé. Ou, jusqu’à ce qu’il parte dans les bois avec ses amis chercher la princesse au visage de nuit et qu’elle exauce son vœu? Difficile à dire car Hugo a perdu la mémoire quand à ce qui aurait pu se passer dans la forêt.

Et c’est là, 20 ans plus tard, qu’il pourrait bien faire lumière sur ce qui s’est passé, à ses risques et périls! Il découvre alors que ses parents auraient pu être assassinés, et alors qu’il préfèrerait tout laisser derrière lui et rester à Paris avec ses amis, le fait que ses empreintes soient trouvées sur la scène le forcent à revenir à son village. Et des choses étranges se passent dans les bois…Vous l’aurez compris, ce n’est pas un livre particulièrement joyeux.

Dès les premières pages, on a l’impression de cette ambiance étouffante, oppressante, ou chacun garde des secrets. On y plonge complètement, avec une écriture agréable, alternant entre présent et passé en countdown jusqu’au solstice d’été, bien que parfois un peu manquante sur le côté « poétique » j’ai envie de dire. J’aurais aimé pouvoir encore plus frissonner durant ma lecture, me sentir plongée à 200% dans ces bois mystérieux…

Ce livre, contrairement aux autres plus fantasy, penche de côté fantastique: tout au long des pages, on se questionne au côté d’Hugo sur ce qui est vrai ou non, si il y a bien un être qui hante les bois, ou juste les cauchemars des enfants. Est-ce un humain ou la princesse qui a assassiné ses parents?

Mais, tout comme dans Rouge, mon problème c’est que, si je peux aimer les ambiances sombres et oppressantes par moment (surtout en automne), la noirceur humaine me pose plus de problème. Et là, encore une fois, on en a à foison. Un peu trop pour moi. J’aurais préféré en savoir plus sur la Princesse au visage de nuit, que le côté sombre et angoissant vienne de l’environnement plutôt que des hommes. Mais ça, c’est très personnel haha, je sais que d’autres adorent!

Des bisous pailletés,

Elise

 » Dans les bois vit la princesse au visage de nuit ; ses yeux sont des étoiles et ses cheveux l’obscur. Hugo, enfant violenté par ses parents, s’est enfui avec ses amis dans la forêt, à la recherche de la princesse au visage de nuit, qui exaucerait les vœux des enfants malheureux… Il est ressorti du bois seul et sans souvenirs, et a été placé dans une famille d’accueil. Vingt ans plus tard, alors qu’il a tout fait pour oublier son enfance, Hugo apprend la mort de ses parents. Mais, de retour dans le village de son enfance, il découvre que ses parents auraient été assassinés, et d’étranges événements se produisent. La petite voiture de son enfance réapparaît comme par magie. De mystérieuses lueurs brillent dans les bois. Les orages soufflent des prénoms dans le vent.« 

ISBN : 9782918541721

Finalistes du PLIB: Rocaille de Pauline Sidre

Hello tout le monde!

Cette semaine je vous parle d’un deuxième finaliste du PLIB, qui a vraiment été une superbe surprise: Rocaille!

A la lecture du résumé, je n’étais pas hyper emballée par ce livre, ça me semblait un peu sombre pour moi… et puis j’ai lu les premières pages, l’éveil de Grésill après son assassinat et BAM j’étais accrochée. La plume de Pauline Sidre m’a tout de suite convaincue, dépeignant un univers dur, aride, de poussière, ainsi que des personnages qui peuvent l’être tout autant. Mais tout comme la magie des rois verts, créant des plantes, légumes et fruits, permet de survivre, il existe au coeur de ces personnages une douceur. Qui s’exprimera de façon différente dans le récit, à travers l’amour compliqué pour un frère, une nouvelle amitié, ou un amour naissant, mais bien là.

J’ai beaucoup aimé ce mélange, cette fracture entre l’opulence des rois et de la verdure, contre un univers où tout manque et où la survie n’est jamais garantie. L’écriture est très visuelle aussi, on s’imagine très bien chaque aspect du récit.

L’autrice est aussi très forte pour nous emporter dans son récit, à l’aide de différents points de vues, en particulier celui du magistre, dernier possesseur de magie, qui va s’associer (un peu contre son grès) à un roi ressuscité pour l’aider à reconquérir son trone.

Un récit d’ailleurs fort bien construit, avec complots royaux, magie presque disparue, et surtout, d’où vient ce pouvoir des rois verts, comment en ont-ils acquis la capacité? et méritent-ils vraiment de l’avoir, au détriment de la population?

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment été surprise et captivée par Rocaille!

Des bisous pailletés,

Elise

ISBN : 9782490700035

Finalistes du PLIB: Rouge de Pascaline Nolot

Hello tout le monde!

La fin des votes pour le PLIB2021 approche et il est donc temps de vous partager mon avis sur les finalistes! Le plan: en poster un par semaine d’ici la fin de la période de votes! On va essayer de s’y tenir :p

Je vous ai déjà parlé de Steam Sailors il y a un moment, donc je ne vais pas refaire un article dessus, et me concentrer sur les 4 autres, en commençant par Rouge de Pascaline Nolot!

Cette année, j’ai lu 3 réécritures du Petit Chaperon Rouge, c’est assez fou, je ne sais pas ce qui s’est passé haha! Et hélas, à part une, ça c’est plutôt mal passé. De base, je ne suis pas du tout fan d’horreur, sous aucune forme que ce soit. Les livres horrifiques, avec des éléments gores ou choquants, qui montrent le pire de l’homme, ce n’est vraiment pas mon genre. Et Rouge tombe dans cette catégorie malheureusement.

Je comprends l’idée du livre, ce qu’il veut transmettre, avec une héroine vraiment unique, mais pour moi ça ne passe pas. Je ressors comme traumatisée de ce genre de lecture, j’ai du sauter des passages car je n’étais juste pas capable de lire par exemple un viol comme cela été narré.

Je ne serais même pas capable de vous en dire plus sur le livre, tant l’ambience m’a mise mal à l’aise… je n’ai même pas réussi à le finir :O

Donc bon, vous vous en doutez, je ne vais pas voter pour lui! Par contre, si vous voulez voir l’avis d’une personne qui l’a adoré, c’est ici!

Bon allez, le prochain ça ira mieux :p

Des bisous pailletés,

Elise

ISBN: 9782354887858

Coup de coeur: Les ours mal léchés s’apprivoisent à Noël

Processed with VSCO with a4 preset

Les ours mal léchés s’apprivoisent à Noël par Valentine Stergann
Format:
Broché
Publié par: Hugo Romance
Top 3 Genres : Romance,  Contemporain,  Adulte
Catégorie: Au feu/si vous n’avez rien d’autre à lire/A Avoir/Courrez l’acheter
Source: Copie offerte par Hachette Canada
Pour l’acheter: Ca
Ajouter sur: Babelio•  Goodreads

Hello les dragons! Ça vous dit une petite romance de Noël? Perso, chaque année je tente, chaque année je suis déçue. MAIS PAS CETTE ANNÉE! Non, car j’ai lu Les ours mal léchés… et j’ai adoré! Je vous explique pourquoi en 5 raisons ci-dessous 😉

Lire la suite

Landon & Shay: on prend les mêmes et on recommence!

Processed with VSCO with a4 preset

Landon & Shay par Brittainy C Cherry
Format:
Broché
Publié par: Hugo Romance
Top 3 Genres : Romance,  Contemporain,  Adulte
TW: drogue, suicide, depression, automutilation
Catégorie: Au feu/si vous n’avez rien d’autre à lire/A Avoir/Courrez l’acheter
Source: Copie offerte par Hachette Canada
Pour l’acheter: Ca
Ajouter sur: Babelio•  Goodreads

Hello les dragons! Je vous retrouve suite à ma découverte des derniers sortis de Brittainy C Cherry: Landon & Shay. Une romance en deux parties qui m’a fait passer encore une fois par toutes les émotions!

Lire la suite

Alana et l’enfant vampire: une lecture jeunesse diverse à la française! #PLIB2021

Alana et l’enfant vampire par Cordélia
Format:
broché
Pages:  221
Publié par: Scrineo
Top 3 Genres: Jeunesse,Fantasy, Diversité
Catégorie: Au feu/si vous n’avez rien d’autre à lire/A Avoir/Courrez l’acheter
Source: Copie offerte par Interforum Canada
Ajouter à: Babelio • Goodreads
Pour l’acheter:  Ca

Hello les dragons! Petit défi du jour: faire une chronique courte pour Alana et l’enfant vampire, allez, je suis capable! Ce petit roman était une lecture parfaite pour le mois d’Octobre, et une jolie découverte, je vous en parle desuite 😉

Lire la suite

Une nouvelle aventure commence: La roue du temps!

L’oeil du monde par Robert Jordan
Série: La roue du temps #1
Format:
broché
Pages:  864
Publié par: Bragelonne
Top 3 Genres: Fantasy, Aventure, Adulte
Catégorie: Au feu/si vous n’avez rien d’autre à lire/A Avoir/Courrez l’acheter
Source: Copie offerte par La boite de diffusion
Ajouter à: Babelio • Goodreads
Pour l’acheter:  Ca

Hello les dragons! Vous assistez à un grand moment de la vie de lectrice: je m’attaque à une épopée, un monument, une montagne, de la fantasy: la saga la Roue du temps de Robert Jordan. Plus de 10 livres, qui ont commencé à sortir à peu près au moment où je suis née, ça va être mythique! Je sais que ça va être de la fantasy écrit par un homme blanc, dans les années 90, je ne m’attends à rien de révolutionnaire. Mais, j’ai entendu tellement de bien de cette série, au niveau de l’univers et de l’évolution de l’histoire, que je veux me lancer! Il s’agit aussi d’un classique de la fantasy, et en tant qu’amatrice du genre, je veux l’ajouter à ma liste! Il y a quelques mois, j’ai d’ailleurs lu le premier tome, et je vous parle de cette découverte ci-dessous…

Au pays des Deux Rivières, on fête le printemps: Rand part livrer le cidre au bourg avec son père. Osera-t-il demander une danse à Egwene? Et pourquoi voit-il ce cavalier noir derrière lui?
Dame Moiraine lui révèle que le cavalier noir le cherche: Rand doit se réfugier à Tar Valon, chez les Aes Sedai, maîtresses du pouvoir unique. Le pouvoir unique… Le Seigneur de l’Ombre ayant jadis voulu conquérir le monde, les Aes Sedai, conduites par le Dragon, le repoussèrent aux confins de l’univers. Pour se venger, il a suscité chez les vainqueurs une folie meurtrière. On dit que le Dragon renaîtra pour délivrer la Terre ravagée… et voici que le vent se lève dans les Montagnes de la Brume.

La vie tranquille de village…

   Si vous aimez l’epic fantasy, les aventures à travers le royaume, les quêtes désespérées pour sauver le monde, le tout enrobé de magie, vous allez être servis! Dès le début, j’ai senti une vibe Seigneur des Anneaux dans ce livre, et je suis fan de Tolkien donc déjà, un bon point! (Ça m’a aussi fait penser à Sanderson, mais pas étonnant, il voyait Jordan comme un mentor et a même fini d’écrire la série pour lui à titre posthume)
Après un prologue très très mystérieux, on se retrouve à suivre un jeune garçon (un peu benêt et contrôlé par ses hormones, on va pas se mentir) qui vit dans un village isolé du monde. Il y a toujours grandit, et n’imaginerait jamais le quitter. La plus grande animation, c’est la fête qui se prépare, qui attire musiciens et colporteurs, et, avec eux, des nouvelles du monde.
J’ai vraiment aimé à quel point l’auteur prend le temps de développer son monde, de nous plonger dans la vie dans ce village et le quotidien simple de ces habitants. On voit bien l’autarcie dans laquelle ils vivent, éloignés du monde et de tout ce qui s’y passe, même la guerre.

Une quête commence!

L’affaire se gatte quand Rand (notre jeune benêt) et d’autres jeunes du village aperçoivent un mystérieux cavalier noir qui rode, et que personne d’autre ne semble voir… sauf une femme qui étrangement arrive au village à point nommé. Une jeune femme qui est en fait une « sorcière », crainte ou admirée selon à qui vous posez la question. Mais heureusement qu’elle est là quand même, parce que justement le village se fait attaquer par des monstres de légendes… et par ce cavalier noir qui rode encore, à la recherche de qui? de quoi? on n’en est pas sûr!
Mais, pour éviter au village une autre attaque, Moiraine va embarquer avec elle les jeunes ayant vu la cavalier noir. Car elle, elle est loin d’être bête et a bien compris que ceux qui voient le cavalier pourraient bien avoir un rôle à jouer dans les conflits qui s’en viennent!

Et voilà donc notre équipée qui se met en route, bon grès mal grés. Ils marchent beaucoup, se perdent pas mal, et affrontent une foule d’obstacles (et des montres encore des monstres toujours des monstres), au point de se retrouver séparés. Et, une fois la cohésion de groupe disparue, les avis divergent sur quoi faire et où aller… fuir? rejoindre les Aes Sedai pour être en sécurité? retourner chez eux? Il me faudra lire la suite pour le savoir…. et pour je l’espère avoir quelques réponses à mes questions!

En quelques mots

Le premier tome d’une saga fantasy épique, qui prend le temps de nous immerger dans un décor médiévalo-magique, mais où l’on dévore les pages sans les voir passer! Beaucoup de mystères, un groupe de personnages plein de potentiel, et un univers magique complexe à explorer? Tout ce que j’espérais de ce début!

Des bisous pailletés,

Elise